Bien sûr, la semaine prochaine

Dans l’histoire de la publication de mon premier article, il y a des bons, des méchants, une héroïne un peu cruche et des rebondissements. Avec le recul, cette histoire m’apparaît comme l’augure de ce qu’allait être toute ma carrière : tortueuse et accidentée.

Je te dessine le contexte : mon stage au Point est prolongé car il y a du boulot, de grandes enquêtes en cours. Parallèlement, comme j’ai un loyer à payer, j’ai conservé mon poste de surveillante dans un CES du 93. Le grand écart…

Au journal, tout le monde est gentil, bienveillant, mais je continue à nourrir les papiers des autres. Ils sont signés « X » en gros, et en petit à côté « avec Sylvie Nicolet ».

 

L’immeuble art déco « Félix Potin », rue de Rennes, où Le Point était installé  

55079235

 

Sous les combles, je partage un bureau-cagibi avec Roselyne, une autre stagiaire. Roselyne et moi, c’est le jour et la nuit. Elle est entreprenante, extravertie ; je doute en permanence, j’ai toujours peur de déranger. Pourtant, nous nous entendons bien. Nous resterons amies quelques années avant que la vie, sa vie, ne nous éloigne petit à petit. Roselyne rêvait déjà de cinéma. Elle est devenue Rose Bosch, scénariste du Christophe Colomb de Ridley Scott et réalisatrice, notamment de La rafle. Je te parlerai un jour des amitiés nouées dans ce métier, des destins que l’on voit prendre forme, à la fois incroyables et un peu prévisibles…

Pour l’heure, j’assiste aux conférences de rédaction de mon service, « Ville et environnement » et je commence à y proposer « mes » sujets. Mais j’en ai un tout prêt, qui ne concerne ni la ville, ni l’environnement…

C’est sur la Comédie-française. Il se trouve que ma sœur y est comédienne et que c’est un lieu qui m’est familier. Et là tu te dis « ah ben oui c’est facile… ». Pourquoi ? Quels que soient les secteurs dans lesquels travaille ton entourage, il y a toujours des informations à glaner. Après, c’est à toi de creuser.

La Comédie-française, donc, est sens dessus-dessous. Le Ministre de la culture – Jean-Philippe Lecat – va désigner un nouvel administrateur ( en quelque sorte le patron) sans avoir pris l’avis des comédiens. Cela peut sembler dérisoire, mais à l’époque, la vénérable institution est encore très en vue dans le paysage culturel.

J’y vais, je fais un tour dans la maison, j’écoute, j’interroge, je discute, je rédige.

Mais de retour au Point qu’est-ce que j’en fais ? Ce que j’ai rapporté est périssable, il faut aller vite, publier avant que l’administrateur ne soit nommé. Sans trop y croire, je propose l’article à Pierre Billard, le rédacteur en chef des pages Culture… Et ça passe comme une lettre à la poste : il le veut, il le publie dans le prochain numéro et moi je ne touche plus terre.

La semaine suivante, dès que le journal est bouclé, je suis la première à mettre le nez dedans. Je feuillette, puis j’épluche. Rien. Je ne sais pas trop si je dois aller réclamer, alors j’attends… jusqu’au moment où je ne tiens plus. Je débarque chez Billard, je demande si c’est mon papier qui ne va pas, je dis que je peux réécrire. Il est très calme, souriant, il m’assure qu’il n’y a pas une virgule à changer, que simplement, il n’a pas eu la place. Je mets en avant le côté « urgent », j’avance timidement qu’il faudrait vraiment que ce soit pour la semaine d’après, il dit que oui, bien sûr, la semaine prochaine…

Sept jours plus tard, dès que le journal est bouclé, je suis la première etc. Mais toujours rien. L’histoire se répète et je ne comprends pas. J’ai le sentiment qu’on se fiche de moi, qu’il y a un truc qu’on ne me dit pas.

A un souci bénin – certes, c’est le premier – je vais répondre par une erreur monumentale : je récupère mon papier sans même le dire à Pierre Billard, en passant par sa secrétaire. Ce jour-là j’ai brûlé une énorme cartouche : il ne m’a plus jamais dit bonjour.

Quant à l’histoire tordue de ce papier, elle est loin d’être terminée…

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s